Contractuels de Labo: Quel avenir !

Aucun avenir pour les Contractuels dans les Laboratoires de notre Académie !

La suppression de postes de fonctionnaires dans l’Éducation nationale se traduit dans les Laboratoires de notre Académie par la suppression de 5 postes d’Adjoints Techniques en 2018 et encore 3 de plus prévus à la rentrée de septembre 2019.

De ce fait, nous ne sommes plus que 108 « dans le métier » sur toute l’Académie, Techniciens et Adjoints Techniques confondus. Il y a donc peu d’espoir pour nos Contractuels d’être un jour titularisés.

La situation se complique encore car nous faisons face actuellement à une pénurie de postes de contractuels, dû à une gestion en flux tendu du Rectorat. En effet, étant donné qu’à l’échelle nationale 4.5% des emplois dans les Laboratoires sont occupés par des Contractuels et sachant que nous sommes 108 titulaires présents sur l’Académie, le Rectorat aurait dû budgéter, à la rentrée de septembre 2018, au moins 4 postes de Contractuels : 4.86 plus exactement, presque 5. C’est seulement 3 postes qui ont été réservés et consommés en 4 mois seulement, entre septembre 2018 et décembre 2018 car, durant ces 4 mois, c’est 5 postes de Contractuels qui ont été nécessaires à l’ensemble de nos équipes.

A présent, le Rectorat « déshabille Paul pour habiller Jean » ! Lorsqu’un contrat de Contractuel se termine, il n’est pas renouvelé. La personne se retrouve au chômage et c’est une autre personne qui se voit embauchée sur un poste de Contractuel, dans un autre établissement de l’Académie qui était en attente de personnel de Laboratoire Contractuel. La situation de nos Contractuels reste donc inévitablement précaire ! Et pour la rentrée de septembre 2019, le Rectorat prévoit de ne budgéter à nouveau qu’uniquement 3 postes !

Comue : communiqué de l’intersyndicale

Depuis le début du mois de février et jusqu’à la mi-mars, les instances des différents établissements membres de la COMUE UBFC sont appelées à se prononcer sur le nouveau « plan d’actions » de l’ISITE BFC. Ce document vise à répondre aux injonctions du ministère de tutelle (formulées dans un rapport récent de l’IGAENR) et ainsi éviter de perdre le financement de l’ISITE. En effet, les difficultés rencontrées par la COMUE (équipes de présidence, mise en oeuvre de l’ISITE) ne sont un secret pour personne depuis la démission de Nicolas Chaillet et de son équipe en décembre dernier. La perspective de perdre l’ISITE affole clairement les présidents d’établissements, qui savent qu’ils perdraient là un moyen de chantage très efficace auprès des personnels pour reconfigurer le paysage local de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche contre la volonté de ceux-ci : en période de disette budgétaire, alors que les crédits récurrents des laboratoires se réduisent comme peau de chagrin et que plusieurs formations ont purement et simplement été supprimées, que de nombreux postes sont gelés, les financements associés à l’ISITE-BFC font figure d’aubaine. Rappelons tout de même :

  1. que ces financements ne sont pas pérennes ;
  2. que ce sont des co-financements, ce qui implique que les établissements membres de la COMUE redirigent une part importante de leurs fonds vers les priorités de l’ISITE ;
  3. qu’ils sont attribués à travers des appels à projet, ce qui revient à demander aux équipes de travailler… à demander les moyens pour pouvoir travailler ;
  4. qu’ils sont conditionnés à un certain nombre de mesures relatives au fonctionnement de la COMUE qui s’avèrent à la fois coûteuses et contraignantes.

Nos syndicats se sont toujours prononcés contre les restructurations à marche forcée dans le secteur de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, qui passent notamment par la mise en place d’outils tels que les IDEX et les ISITE. Ces outils visent un objectif politique précis, à savoir le regroupement d’établissements (fusion ou COMUE) avec pour but affiché de gagner en visibilité sur le marché international de l’ESR. Le projet ISITE-BFC s’inscrit pleinement dans ce cadre idéologique, ainsi qu’en atteste le plan d’actions récemment soumis au vote des CA de l’UB et de l’UFC. Par exemple, il est rappelé que «l’ISITE a pour but de propulser l’université-cible du projet UBFC sur la scène internationale» , qu’une partie des financements de l’ISITE a servi à «la promotion de la marque UBFC» , ou encore que les recrutements de coaches internationaux ont «permis à UBFC d’apparaître sur le marché international de l’offre des « double appointments »» . Cette novlangue publicitaire mâtinée d’anglicismes pompeux et mal orthographiés pourrait prêter à sourire si elle n’était pas au service d’un projet dangereux pour le pluralisme de la recherche scientifique et la démocratie universitaire. En outre, le décalage est grand entre le discours officiel («acteur facilitateur, [la COMUE] oeuvre au service de l’ensemble de la communauté universitaire») et la réalité beaucoup plus prosaïque de l’évaluation des propositions soumises aux appels à projet de l’ISITE. Un exemple parmi d’autres : lors de la première campagne de recrutement «International junior fellowships», le candidat classé premier était celui d’un laboratoire dont le directeur n’est autre que le coordinateur de l’ISITE, et qui a négocié le salaire du chercheur recruté . Bel exemple «d’excellence distribuée», à n’en pas douter !
Si le projet ISITE-BFC initial était déjà inacceptable selon nous, le plan d’action propose un certain nombre de modifications qui le rendent encore plus dangereux. Les profils recherche de tous les postes d’enseignants-chercheurs (et plus seulement ceux relevant des axes prioritaires de l’ISITE) seront établis au niveau de la COMUE. Plus précisément, ce sont les pôles thématiques de la COMUE, constitués des directeurs de laboratoires, des directeurs de composantes, des responsables de diplômes portés par la COMUE, de membres extérieurs tels que les représentants d’entreprises engagées dans une collaboration directe avec la COMUE , qui définiront les profils recherche de tous les postes. Le collège universitaire se dessine de plus en plus clairement. Qu’adviendra-t’il des masters qui ne sont pas dans les thématiques de l’ISITE lorsqu’on ne recrutera plus des collègues sur des profils permettant d’y enseigner ? Qu’adviendra-t’il du lien avec l’enseignement ? Quant aux personnels BIATSS, ils devront faire preuve d’adaptabilité, car leur mise à disposition (totale ou partielle) de la COMUE «pourra être accommodée plus simplement soit par une lettre de mission, soit par une modification de la fiche de poste de l’agent» . Pour rassurer, il est écrit qu’il faudra leur accord mais on sait bien que la réalité sera tout autre. Par ailleurs, le plan d’action annonce plusieurs postes de dépenses supplémentaires qui n’ont rien à voir avec le financement des formations et de la recherche, puisqu’elles concernent le fonctionnement de la COMUE proprement dite : transfert de l’agence comptable de la COMUE à l’UB avec l’aide du cabinet Deloitte , audit externe pour valider l’organigramme des services de la COMUE , ou encore mise en place d’un fonds d’investissement de 5 millions d’euros pour permettre l’interopérabilité des systèmes d’information . Le 14 mars prochain, nos élue-e-s au conseil d’administration de la COMUE voteront contre le plan d’action ISITE-BFC, comme nos élus l’ont déjà fait aux CA de l’UB et de l’UFC. Nous appelons les autres élu-e-s ainsi que les membres nommés à en faire autant, pour mettre un coup d’arrêt au projet dispendieux et au service de quelques mandarins qu’est l’ISITE.

Mutations inter 2019 dans la filière administrative : C’EST PARTI !

Mutations inter 2019 dans la filière administrative : Attachés, Secrétaires, Adjoints, c’est le moment ! Pour le meilleur suivi de votre demande de mutation, ayez le bon réflexe, contactez le SNASUB-FSU !

Les dispositions relatives à l’organisation du mouvement interacadémique des personnels administratifs pour la rentrée 2018 ont été publiées au Bulletin officiel de l’éducation nationale, au sein de la note de service concernant les carrières des personnels BIATSS, téléchargeable ici.

Ces modalités de gestion ont pour but d’organiser concrètement les opérations de mutation des agents demandeurs, notamment lors de la phase interacadémique.

Pour s’y retrouver dans ce parcours administratif, nous vous proposons de consulter :

notre dossier syndical avec toutes les informations

Vous trouverez ci-dessous, pour rappel, le calendrier 2019 des opérations de mouvement de l’AENES

Dossier SNASUB-FSU mutations AENES 2019 : 

Vous trouverez les fiches syndicales de mutation également :

 Fiche syndicale ADJAENES :

Fiche syndicale AAE SAENES postes non profilés

Fiche syndicale AAE SAENES postes profilés

Calendrier des mutations :

Bien évidemment, vous pouvez compter sur l’aide de vos représentants du personnel que sont les commissaires paritaires nationaux du SNASUB-FSU et de ses délégué-e-s dans les académies.


– AYEZ LE BON REFLEXE, CONTACTEZ-NOUS !

Les commissaires paritaires nationaux pour LES ATTACHÉS (AAE) :

Eric FOUCHOU-LAPEYRADE – Lycée Déodat de Severac Toulouse –

">

Colette DOSSCHE – Lycée Raymond Quenau – Villeneuve d’Ascq –

">

Nicolas MERLET – Lycée Jean Mermoz Saint-Louis 68 –

">

Jean-Louis GABIGNAUD – Collège Georges Brassens – Lattes 34 –

">

Les commissaires paritaires nationaux pour LES SECRÉTAIRES (SAENES) :

Philippe LALOUETTE – Lycée E. Gand – Amiens – Tél. 03 22 72 95 02

">

Carole WURTZ – Lycée C. Baggio – Lille –

">

Agnès ALATORRE – Rectorat d’Aix-Marseille –

">

Pascale POIRIER – Collège Louis Pergaud – Couches 71 –

">

Anny-Pierre CHERAMY – Collège du Val Cérou 81170 Cordes –

">

Claire BOURDIN – Rectorat de Limoges –

">

Les commissaires paritaires nationaux pour LES ADJOINTS (ADJAENES) :

Agnès COLAZZINA – Colège H. Barnier Marseille – Tél. 06 76 33 50 51

">

Martine AMOUNY – Collège Joliot-Curie Fontenay-sous-bois 94 –

">

Nelly EVENRectorat – Rennes – Tél. 02 23 21 74 77

">

Jonathan DELMAIRELycée professionnel Turgot – Roubaix 59 –

Dominique MEUNIERCollège Max Dussuchal – Villers-Cotterêts 02 –

Cecilia CRAMERCollège Anatole France – Limoges 87

">

UBFC Quel avenir !

Communiqué des syndicats FSU de l’UB et l’UFC

mercredi 23 janvier 2019

Les présidents Alain Bonnin et Jacques Bahi ont réuni chacun leur «grand congrès» lundi 21 janvier pour présenter le projet de plan de sauvetage de l’I-SITE et de l’avenir de la politique de site en Bourgogne Franche-Comté.

Le SNASUB-FSU, le SNCS-FSU et le SNESUP-FSU se sont toujours prononcé contre la vision autoritariste du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche qui contraint les universités à une marche forcée vers les COMUE au lieu d’associer les personnels et les étudiants. Alors que la communauté universitaire, par le biais du CNESER du 17 septembre, s’est opposée au projet d’ordonnance relative à «l’expérimentation de nouvelles formes de rapprochement, de regroupement ou de fusion des établissements d’enseignement supérieur et de recherche» (46 contre, 9 pour et 8 abstentions), les responsables de nos établissements s’engouffrent dans ces ordonnances pour conserver l’I-SITE, répondant ainsi au chantage aux financements exercé par les jurys internationaux des PIA (Projets d’Investissement d’Avenir) missionnés par les politiques. Ce projet d’ordonnance fait clairement apparaître la volonté de limiter la représentation des personnels et constitue une nouvelle attaque contre la démocratie universitaire, à l’opposé de la collégialité et d’une régulation nationale.

La solution choisie sur notre territoire serait «un modèle fédéral unique» construit à partir du volet «COMUE expérimentale» dans le texte de l’ordonnance. Une fois que nos établissements rentreront dans la logique d’établissement expérimental, il n’y aura plus de retour en arrière possible.

Au cours de ces «grand congrès», plusieurs propositions de transformation nous ont été présentées, nous n’en reprenons qu’une partie dans ce communiqué :

  • Organiser une élection tournante tous les 4 ans de la présidence d’UBFC entre un membre issu de l’uB et un membre de l’UFC. Création d’une Vice-Présidence CA de l’UBFC pour l’Université qui n’a pas la présidence.
  • Le VP CAC serait un enseignant chercheur de rang A issu des autres établissements. La présidence du conseil académique qui décidera des crédits récurrents des laboratoires, de la politique de recrutement de tous les postes dans le périmètre de l’I-SITE, pourrait être un membre d’une école privée, et en tout état de cause, ne serait plus un universitaire.
  • «nul ne pourra être candidat sur une liste à l’échelle fédérale s’il n’est pas membre élu de l’instance similaire à l’échelle de son établissement». On reste sidéré par cette mesure qui va à l’encontre du principe de non-cumul des mandats.
  • Donner la tutelle des UMR, ainsi que les crédits récurrents à distribuer, à la COMUE. Ces mesures reviendraient de fait à confier la politique de recherche à cette dernière, avec des établissements transformés en collèges universitaires. Sans oublier la composition des comités de sélection qu’il est prévu de déléguer à la COMUE, ce qui peut être lourd de conséquences en termes de recrutements.

Toutes ces nouvelles mesures ne doivent pas faire oublier l’essentiel, à savoir que la logique des PIA (donc de l’I-SITE et des COMUE) est la construction de périmètres d’excellence, que les établissements doivent abonder, puisqu’ils s’y sont engagés pour récupérer les intérêts du grand emprunt. Il en résulte un assèchement pour tout le reste de l’université et donc une perte pour la pluridisciplinarité. Cet assèchement se propage à l’enseignement, l’obligation de redéploiement des postes vacants en direction des axes de l’I-SITE se faisant au détriment de formations à fort effectifs. On essaye de nous faire croire à la théorie du ruissellement, mais nous ne sommes pas dupes : certains ont trop d’argent et ne savent pas comment le dépenser, tandis que d’autres n’ont plus les moyens d’assurer leurs formations et leurs missions. Le contraste est fort entre les moyens alloués aux «initiatives innovantes» et les restrictions budgétaires que subissent les établissements… Il s’agit de deux systèmes étanches : d’un côté financement de projets «ambitieux» (qui souvent riment avec creux), de l’autre gel de postes et formations au pain sec.

Le problème n’est donc pas selon nous de compter les bons points entre les réussites et les échecs de la COMUE, ou de s’accrocher à l’I-SITE qui de toute façon sera limité dans le temps. Ne serait-il pas plus judicieux de nous interroger sur le modèle que nous voulons pour l’Université ? Est-il est pertinent d’assécher financièrement des pans entiers de la recherche, de sacrifier l’enseignement de certaines disciplines, de contraindre les enseignants-chercheurs à passer l’essentiel de leur temps à répondre à des appels d’offre pour espérer exercer leur métier ?

Besançon contre l’augmentation des droits d’inscription pour les étudiants étrangers

Pétition contre l’augmentation des droits d’inscription des étudiants étrangers hors union européenne

Nous, étudiantes, étudiants et personnels de l’Université de Franche-Comté, réunis en assemblée générale le 29.11.18, demandons au Président Jacques M. Bahi de prendre position personnellement et publiquement contre la hausse des frais d’inscription pour les étudiantes et étudiants étrangers annoncée par le premier ministre, comme l’ont fait d’autres présidents (Poitiers, Nantes, Paris 8, etc.).

Nous invitons les collègues, les étudiant.e.s et toutes les personnes solidaires de notre action à signer la pétition qui circule et à se mobiliser contre cette annonce.

Signer la pétition :

https://www.change.org/p/jacques-bahi-besan%C3%A7on-contre-l-augmentation-des-droits-d-inscription-pour-les-%C3%A9tudiants-%C3%A9trangers

 

Communiqué intersyndical sur le budget 2019 de l’ESR

         

Communiqué intersyndical sur le budget 2019 de l’enseignement supérieur et la recherche (ESR)


Le projet de loi de finances (PLF) pour 2019 prévoit, pour la MIRES (mission interministérielle recherche et enseignement supérieur), un budget de 27,9 milliards d’euros, en augmentation de 500 millions (M€) par rapport à la loi de finances initiale de 2018. Cette augmentation de 1,8% correspond tout juste à la croissance prévue en 2019.Il ne reste, si on en déduit l’inflation prévue au minimum à 1,3%, que 144 M€ de plus, soit une goutte d’eau ! Le budget de la MIRES continue donc à stagner par rapport au produit intérieur brut (PIB). Ce n’est pas ainsi que le budget de la recherche et développement (R&D) atteindra l’objectif des 3% du PIB, dont 1% pour la recherche publique et 2% pour l’enseignement supérieur.

Concernant les programmes de recherche, notons que sur les 334 M€ qui leur sont consacrés, 210 M€ correspondent à des dettes en souffrance auprès de l’Agence spatiale européenne. Ces fonds ne seront donc pas consacrés aux travaux des chercheurs dans les instituts.

Le PLF prévoit d’augmenter de seulement 25 M€ les crédits de base des laboratoires, ce qui reste largement insuffisant au vu des besoins criants des crédits de base. Pourtant l’argent existe : le crédit d’impôt recherche (CIR) continue d’augmenter, l’agence nationale de la recherche (ANR) voit son budget augmenter de 33 M€ (+5%) et le programme investissements d’avenir (PIA), puissant outil de restructuration de l’ESR, consomme des milliards d’€ malgré l’avis du CNESER qui a demandé le « reversement des moyens concernant l’ESR au MSRI de façon à l’intégrer à la dotation budgétaire de tous les EPST, universités et EPICS ».

En dehors des mesures salariales programmées (PPCR, compensation de la CSG) aucun budget supplémentaire n’est prévu pour corriger le retard de rémunération des personnels de la recherche par rapport au reste de la fonction publique (ex. primes des chercheurs, alignement des primes des ingénieurs et techniciens sur le reste de la fonction publique…).

Concernant l’enseignement supérieur et la recherche universitaire, l’augmentation programmée de 166 M€ du programme 150 est très en deçà des besoins imposés par, d’une part, les mesures budgétaires déjà actées et, d’autre part, la croissance de l’activité des établissements.

Les mesures qui s’imposent aux établissements universitaires au 1er janvier 2019 ne sont pas financées :

  • l’augmentation du GVT (50M€), la compensation de la hausse de la CSG (50 M€) la revalorisation des indices des grilles de traitements « PPCR » au 1er janvier 2019 (30 M€), l’inflation sur la partie du budget de fonctionnement et d’investissement des établissements (26 M€) entraînant au total une hausse de 156 M€.
  • le financement de la hausse du nombre d’étudiants (+38 000 en 2017, non financés) et + 40 000 en 2018 qui, si nous les finançons à la hauteur de l’investissement moyen par étudiant à l’université –10 210 € en 2016–, représentent 408 à 796 M€. Le budget 2019 ne prend pas en compte les investissements nécessaires au financement des dispositifs prévus par la loi ORE, soit 96 M€ dont :
    • 6 M€ pour les parcours adaptés des 135 000 étudiant.e.s comptabilisé.e.s par PARCOURSUP comme « oui si » qui pour 2/3 du total devront être financés en heures complémentaires,
    • 68 M€ pour le financement de la reconnaissance de l’investissement dans la mission de formation des personnels et les nouvelles formations,
    • 22 M€ pour le recrutement de 370 ETP de directeurs d’étude pour les L1.

Ajoutons que sur le programme vie étudiante, il semblerait que la recette de la CVEC (contribution vie étudiante et de campus), que nous contestons par ailleurs, ne soit pas reversée en totalité aux établissements. Cela constituerait un détournement de l’ordre 30 M€ pour financer d’autres dépenses.

A cela, il faut ajouter la non prise en charge des revendications légitimes du personnel de l’ESR :

  • l’augmentation du point d’indice au minimum, à la hauteur de l’inflation (2%), soit 255 millions d’euros.
  • la mise en place d’un plan pluriannuel de création d’emplois de fonctionnaires, enseignant·e·s-chercheur·e·s, chercheur·e·s, ingénieur·e·s, technicien·ne·s, personnels de bibliothèques et administratifs, à hauteur de 6 000 créations par an pendant 10 ans ; et dès à présent, le dégel de tous les emplois vacants (400 M€ d’euros).
  • la fin de la politique de précarisation et la mise en place d’un plan de titularisation des contractuel·le·s et vacataires de l’ESR (100 M€ d’euros).
  • L’attribution à chaque unité et laboratoire d’une dotation de base récurrente fondée sur le nombre d’équivalents temps-plein y travaillant (titulaires de tous niveaux et doctorant·e·s), et permettant de mener à bien les projets de recherche sur lesquels ils ont été évalués et labellisés.
  • Un plan pluriannuel d’investissement immobilier pour la réhabilitation énergétique et la mise aux normes du patrimoine immobilier, ainsi que pour la construction de nouveaux bâtiments permettant d’accueillir les nouveaux étudiants et personnels (1 milliard d’€).

Au total, nous revendiquons une augmentation de 3 milliards d’€/an pendant 10 ans, pour atteindre l’objectif de 1% du PIB pour la recherche publique et 2% du PIB pour l’enseignement supérieur.

Nous appelons les personnels à débattre des questions budgétaires et à peser sur les décisions des conseils d’administration des établissements de l’ESR.

Taux de promotion pour les SAENES, BAS et Bibliothécaires 2019 et 2020

Arrêté du 17 octobre 2018 fixant les taux de promotion dans le corps des secrétaires administratifs de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur, dans le corps des bibliothécaires assistants spécialisés et dans le corps des bibliothécaires
(JO du 28 octobre 2018).

 

CORPS ET GRADES TAUX APPLICABLE
1. Personnels de la filière administrative
Corps des secrétaires administratifs de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur régi par le n° 2010-302 du 19 mars 2010 fixant les dispositions statutaires communes applicables aux corps des secrétaires administratifs des administrations de l’Etat et à certains corps analogues relevant du décret n° 2009-1388 du 11 novembre 2009 portant dispositions statutaires communes à divers corps de fonctionnaires de la catégorie B de la fonction publique de l’Etat
Secrétaire administratif de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur de classe supérieure :
Pour 2019 8,5 %
Pour 2020 8,5 %
Secrétaire administratif de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur de classe exceptionnelle :
Pour 2019 11 %
2. Personnels des bibliothèques
Corps des bibliothécaires assistants spécialisés
régi par le décret n° 2011-1140 du 21 septembre 2011 portant statut particulier du corps des bibliothécaires assistants spécialisés
Bibliothécaire assistant spécialisé de classe supérieure :
Pour 2019 12 %
Pour 2020 11 %
Bibliothécaire assistant spécialisé de classe exceptionnelle :
Pour 2019 11 %
Pour 2020 10 %
corps des bibliothécaires
régi par le décret n° 92-29 du 9 janvier 1992 modifié
Pour 2019 10%
Pour 2020 7%

 

 

Compte-rendu du CTC du CNOUS et des CROUS du 28 mars 2018

A l’ordre du jour de ce CTC était inscrit l’avis à donner sur les projets de fiches de postes pour les personnels ouvriers, fonctionnaires et sous contrats DAPOOUS.

Depuis le début des concertations sur les projets de fiches de postes, La FSU et le SNASUB-FSU ont défendu qu’il fallait distinguer d’un côté la fiche-métier définissant les compétences et les qualifications, et de l’autre la fiche de poste qui relève de l’organisation du service.

Cette distinction est importante car elle permet de donner aux personnels des outils pour se battre contre les éventuelles volontés managériales d’accroître la flexibilité et la subordination des personnels.

La direction du CNOUS, bien qu’ayant revue sa copie pour tenir compte de certaines de nos remarques, et ainsi reculé sur les projets de polyvalence accrue et sans règle, n’a pas voulu aller au bout.

La FSU et le SNASUB-FSU ont donc déposé des amendements pour continuer ce combat contre la flexibilité et pour faire reconnaître les identités métiers et la dignité des personnels en déposant des amendements aux projets de fiches de poste de la direction du CNOUS.

Le président du CNOUS, en difficulté face à la détermination de l’action syndicale que nous avons menée, a refuse de soumettre nos amendements au vote comme le prévoit les règles du dialogue social.

Nous avons donc voté contre les projets de fiches de postes.

Ceci renforce notre détermination à gagner la meilleure fonctionnarisation possible et l’application de toutes les garanties pour les personnels que le protocole prévoit.

Les amendements de la FSU et du SNASUB-FSU :

Amendements_FSU_3.3_Projet_de_fiches_de_poste_type

Les projets de fiches de postes de la direction du CNOUS :

3.3_-_Projet_de_fiches_de_poste_type