Mutations inter 2019 dans la filière administrative : C’EST PARTI !

Mutations inter 2019 dans la filière administrative : Attachés, Secrétaires, Adjoints, c’est le moment ! Pour le meilleur suivi de votre demande de mutation, ayez le bon réflexe, contactez le SNASUB-FSU !

Les dispositions relatives à l’organisation du mouvement interacadémique des personnels administratifs pour la rentrée 2018 ont été publiées au Bulletin officiel de l’éducation nationale, au sein de la note de service concernant les carrières des personnels BIATSS, téléchargeable ici.

Ces modalités de gestion ont pour but d’organiser concrètement les opérations de mutation des agents demandeurs, notamment lors de la phase interacadémique.

Pour s’y retrouver dans ce parcours administratif, nous vous proposons de consulter :

notre dossier syndical avec toutes les informations

Vous trouverez ci-dessous, pour rappel, le calendrier 2019 des opérations de mouvement de l’AENES

Dossier SNASUB-FSU mutations AENES 2019 : 

Vous trouverez les fiches syndicales de mutation également :

 Fiche syndicale ADJAENES :

Fiche syndicale AAE SAENES postes non profilés

Fiche syndicale AAE SAENES postes profilés

Calendrier des mutations :

Bien évidemment, vous pouvez compter sur l’aide de vos représentants du personnel que sont les commissaires paritaires nationaux du SNASUB-FSU et de ses délégué-e-s dans les académies.


– AYEZ LE BON REFLEXE, CONTACTEZ-NOUS !

Les commissaires paritaires nationaux pour LES ATTACHÉS (AAE) :

Eric FOUCHOU-LAPEYRADE – Lycée Déodat de Severac Toulouse –

">

Colette DOSSCHE – Lycée Raymond Quenau – Villeneuve d’Ascq –

">

Nicolas MERLET – Lycée Jean Mermoz Saint-Louis 68 –

">

Jean-Louis GABIGNAUD – Collège Georges Brassens – Lattes 34 –

">

Les commissaires paritaires nationaux pour LES SECRÉTAIRES (SAENES) :

Philippe LALOUETTE – Lycée E. Gand – Amiens – Tél. 03 22 72 95 02

">

Carole WURTZ – Lycée C. Baggio – Lille –

">

Agnès ALATORRE – Rectorat d’Aix-Marseille –

">

Pascale POIRIER – Collège Louis Pergaud – Couches 71 –

">

Anny-Pierre CHERAMY – Collège du Val Cérou 81170 Cordes –

">

Claire BOURDIN – Rectorat de Limoges –

">

Les commissaires paritaires nationaux pour LES ADJOINTS (ADJAENES) :

Agnès COLAZZINA – Colège H. Barnier Marseille – Tél. 06 76 33 50 51

">

Martine AMOUNY – Collège Joliot-Curie Fontenay-sous-bois 94 –

">

Nelly EVENRectorat – Rennes – Tél. 02 23 21 74 77

">

Jonathan DELMAIRELycée professionnel Turgot – Roubaix 59 –

Dominique MEUNIERCollège Max Dussuchal – Villers-Cotterêts 02 –

Cecilia CRAMERCollège Anatole France – Limoges 87

">

UBFC Quel avenir !

Communiqué des syndicats FSU de l’UB et l’UFC

mercredi 23 janvier 2019

Les présidents Alain Bonnin et Jacques Bahi ont réuni chacun leur «grand congrès» lundi 21 janvier pour présenter le projet de plan de sauvetage de l’I-SITE et de l’avenir de la politique de site en Bourgogne Franche-Comté.

Le SNASUB-FSU, le SNCS-FSU et le SNESUP-FSU se sont toujours prononcé contre la vision autoritariste du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche qui contraint les universités à une marche forcée vers les COMUE au lieu d’associer les personnels et les étudiants. Alors que la communauté universitaire, par le biais du CNESER du 17 septembre, s’est opposée au projet d’ordonnance relative à «l’expérimentation de nouvelles formes de rapprochement, de regroupement ou de fusion des établissements d’enseignement supérieur et de recherche» (46 contre, 9 pour et 8 abstentions), les responsables de nos établissements s’engouffrent dans ces ordonnances pour conserver l’I-SITE, répondant ainsi au chantage aux financements exercé par les jurys internationaux des PIA (Projets d’Investissement d’Avenir) missionnés par les politiques. Ce projet d’ordonnance fait clairement apparaître la volonté de limiter la représentation des personnels et constitue une nouvelle attaque contre la démocratie universitaire, à l’opposé de la collégialité et d’une régulation nationale.

La solution choisie sur notre territoire serait «un modèle fédéral unique» construit à partir du volet «COMUE expérimentale» dans le texte de l’ordonnance. Une fois que nos établissements rentreront dans la logique d’établissement expérimental, il n’y aura plus de retour en arrière possible.

Au cours de ces «grand congrès», plusieurs propositions de transformation nous ont été présentées, nous n’en reprenons qu’une partie dans ce communiqué :

  • Organiser une élection tournante tous les 4 ans de la présidence d’UBFC entre un membre issu de l’uB et un membre de l’UFC. Création d’une Vice-Présidence CA de l’UBFC pour l’Université qui n’a pas la présidence.
  • Le VP CAC serait un enseignant chercheur de rang A issu des autres établissements. La présidence du conseil académique qui décidera des crédits récurrents des laboratoires, de la politique de recrutement de tous les postes dans le périmètre de l’I-SITE, pourrait être un membre d’une école privée, et en tout état de cause, ne serait plus un universitaire.
  • «nul ne pourra être candidat sur une liste à l’échelle fédérale s’il n’est pas membre élu de l’instance similaire à l’échelle de son établissement». On reste sidéré par cette mesure qui va à l’encontre du principe de non-cumul des mandats.
  • Donner la tutelle des UMR, ainsi que les crédits récurrents à distribuer, à la COMUE. Ces mesures reviendraient de fait à confier la politique de recherche à cette dernière, avec des établissements transformés en collèges universitaires. Sans oublier la composition des comités de sélection qu’il est prévu de déléguer à la COMUE, ce qui peut être lourd de conséquences en termes de recrutements.

Toutes ces nouvelles mesures ne doivent pas faire oublier l’essentiel, à savoir que la logique des PIA (donc de l’I-SITE et des COMUE) est la construction de périmètres d’excellence, que les établissements doivent abonder, puisqu’ils s’y sont engagés pour récupérer les intérêts du grand emprunt. Il en résulte un assèchement pour tout le reste de l’université et donc une perte pour la pluridisciplinarité. Cet assèchement se propage à l’enseignement, l’obligation de redéploiement des postes vacants en direction des axes de l’I-SITE se faisant au détriment de formations à fort effectifs. On essaye de nous faire croire à la théorie du ruissellement, mais nous ne sommes pas dupes : certains ont trop d’argent et ne savent pas comment le dépenser, tandis que d’autres n’ont plus les moyens d’assurer leurs formations et leurs missions. Le contraste est fort entre les moyens alloués aux «initiatives innovantes» et les restrictions budgétaires que subissent les établissements… Il s’agit de deux systèmes étanches : d’un côté financement de projets «ambitieux» (qui souvent riment avec creux), de l’autre gel de postes et formations au pain sec.

Le problème n’est donc pas selon nous de compter les bons points entre les réussites et les échecs de la COMUE, ou de s’accrocher à l’I-SITE qui de toute façon sera limité dans le temps. Ne serait-il pas plus judicieux de nous interroger sur le modèle que nous voulons pour l’Université ? Est-il est pertinent d’assécher financièrement des pans entiers de la recherche, de sacrifier l’enseignement de certaines disciplines, de contraindre les enseignants-chercheurs à passer l’essentiel de leur temps à répondre à des appels d’offre pour espérer exercer leur métier ?